J’ai, bien des fois, peint ma demeure adossée à la cour de l’école du village tout comme l'est celle de madame Yvonne, ma voisine.

Hier, le carillon tintinnabule. Des habitués ! La clématite montana qui explose de fleurs et de rameaux audacieux a envahi grillage, boite à lettres et portillon ; soupçonner l’existence de la sonnette, ensevelie sous un frais manteau moucheté de milliers de corolles odorantes, impose qu’on en ait, au moins une fois, pressé le bouton d’un index mutin.

montanaJe sors. Le portillon envahi par la liane exubérante se trouve au bout de l’allée. Des écoliers ! Quelque ticket de tombola à caser auprès des vieux du quartier ? Bingo.

Pour confirmer mes soupçons quant à l’origine du petit groupe qui me sourit fort commercialement, je lâche :
— Etes-vous de cette école d’où proviennent ces cailloux balancés, par-dessus le mur et à heures fixes, dans le jardinet de Madame Yvonne, laquelle pauvre dame âgée se plaint à moi, faute de pouvoir pousser ses vieilles jambes jusqu’au bureau de votre directrice ?
Etonnement angélique :
— C’est pas nous !
Il est vrai que le jeu est puéril. Ces enfants-là, déjà bien grands, aux portes du collège, doivent remplir leurs récréations d’autres activités plus intellectuelles : je m’intéresse aux billets de loterie.

Les mouflets me font l’article :
— Premier lot : une tablette numérique. Vous mettez vos nom, prénom, adresse et téléphone, là, sur le talon. C’est deux euros. Si vous gagnez, on vous prévient ou alors on déposera la tablette dans votre boite aux lettres.
Une grande fille blonde, à l’œil vif, ajoute :
— Au pire, si elle ne rentre pas, on demandera aux petits de la balancer par-dessus votre mur !
Le propos me rassure et je sors mon porte-monnaie :
— 0093. C’est l’âge de ma voisine, le numéro me portera peut-être chance ? C’est que je ne gagne jamais, ordinairement.
Et un garçon, muet jusque là, emporte mes dernières réticences :
— D’toute façon, c’est un vieux carnet de l’année dernière, vous n’avez aucune chance !
Ses copines, quand même, s’alarment et, se poussant du coude, inspectent le carnet suspect :
— Bouffon, c’est noté juin 2013 !
Lui, clignant d’une paupière :
— Aaah, j’ai pas fait gaffe, j’ai pris l’bon !

Des jeunots, à la porte de l’adolescence, avec autant de bonne humeur et d’humour, ça réchauffe mes vieilles articulations. Pas les vôtres ? Pour un peu, je prenais un second ticket, mais les traders de demain n’acceptaient ni les pièces cuivrées ni la carte gold.