Ce matin, sur le trottoir, une jambe de femme.
Chaussée d’un escarpin noir et gainée de Lycra.
Sur le trottoir.
Une jambe de femme.
Le mollet galbé. Le talon de la chaussure, aiguille.

Le revêtement du trottoir, anthracite, minéral, dur.
La bordure de granit mangée de lichens orangés.
Les pavés du caniveau encombré de feuilles d’or.
L’asphalte granuleux de la route.
Une jambe de femme.

Sur le trottoir.
Une descente de gouttière en fonte rongée de rouille.
Un mur enduit de chaux lépreuse.
Des lignes droites, dures, minérales : le trottoir, le caniveau, la route, la gouttière ; et les courbes de cette jambe de femme : l’escarpin, la cheville, le mollet, le creux du genou;
Le luisant du collant en élasthanne, le brillant du cuir de la chaussure ; le reste gris, mat, plat.

Et cette jambe, insolite à cette heure, en ce lieu.
Et mon regard sur cette jambe.
Et cette image sur ma rétine.
Et ce souvenir incrusté.
Ce matin, sur le trottoir, une jambe de femme.