mardi 19 novembre 2013

Petite page de mon journal infime

Moi, je n’ai jamais su travailler aves des gants, me dit-il. Je regarde ses mains : elles sont belles, de longs doigts, peau claire et ridée, des ongles propres et allongés comme des dominos d’ivoire — sans les  points. De belles mains. Difficile, à les voir, de deviner la profession que leur propriétaire a bien pu exercer autrefois. Mon père, lui, les a malmenées ses mains dans dix métiers agressifs : scieur de long, métallo, manutentionnaire, livreur et d’autres encore. Un jour, il a même perforé son majeur droit, avec le... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 10:37 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 9 juin 2013

Il ne faut redouter que la vérité éclate

Quel docteur me dira pourquoi, tant de fois, au gré d’un SMS ou d’un commentaire déposé sous un billet ami, faut-il que, usant de la négation, j’en oublie la moitié ? Et surtout, pourquoi, à l’opposé de l’usage répandu, est-ce le second terme qui s’évanouit sous mes doigts ?Certes, j’entends déjà « je sais pas où Papistache voit un problème », mais, docteur, je ne dis que c’est grave, je demande. Hé, voyez vous-même !
Posté par Old_Papistache à 19:09 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 7 mars 2013

Des kilomètres, des kilogrammes, des litres et des euros

J’achète mes pommes chez un producteur qui, bien que local, n’entretient pas ses vergers dans ma rue. Le carburant que la voiture suce pour le trajet me coûte autant qu’un kilo de pommes au prix producteur. Au supermarché, pour le même prix, je ne pourrais ressortir qu’avec une livre de fruits, poussés — sans doute — sur un arbre polonais ou chilien. N’achèterais-je qu’un kilo de pommes à chaque voyage chez le producteur que le déplacement serait rentable. J’en prends quatre et tends un billet de cinq euros. Le... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 08:01 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 5 mars 2013

Et s'il n'avait pas été sourd comme un pot, il aurait ajouté : Bzz, bzz, bzz

Lundi après-midi, 4 mars 2013, des abeilles butinaient les crocus.Ainsi donc, le Papistache a vu — il ne dit pas où — des fleurs épanouies qu’il a su nommer, des insectes qu’il a identifiés comme étant des abeilles, s’est souvenu de leur nom, a associé la gymnastique acrobatique des hyménoptères sur les étamines poudrées de pollen au butinage, su noter le caractère original de la chose — sinon original, du moins précoce dans la saison —, mémorisé l’évènement, songé à le narrer et mené sa tâche à terme. Notons également l’utilisation... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 07:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 18 février 2013

Etait-ce bien utile de se faire fabriquer un arc à plusieurs cordes pour ne parvenir à placer aucune flèche dans la cible ?

Les volets tirés, un rai de lumière sur le carrelage du salon : je me baisse pour le ramasser. La jambe de mon pantalon coupe la trajectoire du phénomène. Mes doigts ne ramènent que du vent.   Ou Sur le carrelage, un morceau de papier  : probablement mon bras l'aura-t-il lancé au-delà de la corbeille. Je me baisse pour le ramasser.La manche de mon pull coupe l'illusion et m'ouvre les yeux. Ce n'est qu'un rai de lumière. Oui, mais alors pourquoi ai-je poursuivi mon geste ? Mes doigts n'ont ramené que du vent. Le rai a ri,... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 15 février 2013

Alors qu’il pleut des météorites au-dessus de l’Oural, y’en a qui tricotent des pinceaux sur l’asphalte des chemins vicinaux

Le portail ? Je dirais… deux mètres de haut. En bois. Plein. Enfin, pas un portail à clairevoie. Du massif, du lourd, du conséquent. Du genre à protéger l’intimité des résidents. Autour de la maison, des murs du même tonneau. Comme qui dirait un camp retranché. M’enfin. On comprend un peu la paranoïa des proprios. Bâtir en pleine campagne, avec tous ces lapins de garenne qui hantent les labours ! Et les volailles de tout poil — pour autant que l’image soit admise par l’Académie ! Et derrière les murailles, dépassant de deux mètres... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 21:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 14 février 2013

Herbe sèche en quatre lettres ?

J'ai coupé du bois de chauffage. Coupé ou fendu ? Le sabot de la chèvre est fendu ! J'ai fendu du bois. Coupée, c'est l'herbe sous le sabot fendu. Tout le bois vendu, du coup, est fendu. Et tout ce bois fendu, je ne sais pas vous, mais moi, je trouve sabot. Ça vous la coupe ! Hèèè !  
Posté par Old_Papistache à 22:08 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 13 février 2013

Si c'était pour pondre ça, il aurait mieux fait de rester sur le pont à regarder tourbillonner l'eau boueuse

A la cuisine, j’écrase un petit-suisse à la fourchette. Le téléphone sonne au salon : je cours répondre. Est-ce un délit de fuite ?
Posté par Old_Papistache à 21:34 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
samedi 10 novembre 2012

L'homme qui rétrécit

Le plateau de la table de la cuisine est de bois. Un assemblage savant que tenons, mortaises et chevilles unissent dans les règles de l’art. Toutefois, l’âge venant, le bois travaille (ce qui, paradoxalement, est le contraire de qui m'advient) ; il se rétracte (quand moi je me momifie, ce qui, finalement, n’est pas très éloigné). Alors, sous mon nez, soumettant la cheville carrée à une tension formidable, deux pièces s’éloignent l’une de l’autre. Un fossé s’ouvre entre elles, ravin aux parois parallèles et irréprochablement... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 11:59 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 18 mars 2012

De la mue du mur

Le muret qui ceint le jardinet se desquame. Sévèrement.Le jardinier suspend ses gestes ; la mue du muret capte toute son attention. Plus tard, de retour en son intérieur, alors qu’il se lavera les mains, l’homme soulèvera pensivement la tête et son regard se posera sur la glace au-dessus du lavabo. Ce ne sera pas son image que renverra le tain du miroir, mais les larges écailles de l’enduit de ciment dont le muret se dépouille... ou ce sera bien le reflet de son visage. Quelle différence ?
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,