mardi 17 février 2009

Certains livres, on les pose, ils se rouvrent tout seuls

Stendhal distingue quatre amours différents :1/ l’amour physique, celui des bêtes, des sauvages et des Européens abrutis ;2/ l’amour passion, celui d’Héloïse et Abélard, de Julie d’Etanges pour Saint-Preux ;3/ l’amour-goût qui, pendant le XVIIIe siècle, a amusé les Français et que Marivaux, Crébillon, Duclos, Mme d’Épinay ont esquissé avec tant de grâce ;4/ L’amour de vanité, celui qui faisait dire à la duchesse de Chaulnes, au moment d’épouser M. de  G*** : “Une duchesse n’a jamais que trente ans pour un bourgeois.”En relisant... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 29 janvier 2009

Coâ, coâ, quoi ? ?

Que lis-je ? : Ce matin, je surprends Grenouille à son entrée dans le bureau et lui délivre illico l'enseignement que vous m'avez donné hier quant à l'art de nouer un fil. Folle de joie, dans l'élan, elle m'embrasse. J'aurais bien dû tenir ma langue. Ah ! ça non ! Que mon époux enseigne à cette Grenouille malhabile les rudiments de la couture, passe, mais que ce grand benêt soit incapable de garder sa langue dans sa bouche au moment de l'embrasser. Ah ! Non. Je m'en vais vous la retrouver, moi, cette Grenouille et... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 20:36 - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 12 janvier 2009

Où l'inspiration niche-t-elle

Fanny Guillon L’effondrement (et autres nouvelles de ta vie marseillaise) Editions  La TangenteMarché aux pucesHall des antiquaires130 chemin de la Madrague-Ville13015 MarseilleISBN 978-2-9527118-4-5 L’effondrement, Valérie avait prévu d’en parler. Partie remise, ajournée, abandonnée ?Je pourrais le faire à sa place, pas aussi bien. Je ne présente jamais mes lectures. Je ne sais pas faire. Trop de pages ! Trop de mots ! Trop de lettres ! Je l’ai lu, ce livre, dans la salle d’attente d’un hôpital.Lu, comme jamais... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 8 janvier 2009

L'œuf (VI)

Où les découvertes des lecteurs à propos du chapitre V  éclairent d'un jour lugubre le sens caché des précédents épisodes et intriguent plus qu'elles ne rassurent. Pas de traces dans la neige ! Patricia, de la fenêtre de la cuisine, ne décollait pas son regard du tapis vierge que la lumière du lampadaire de la rue colorait de jaune. Elle avait questionné son mari qui n’avait pu que lui confirmer que ses visiteuses s’étaient bien assises, l’une sur le canapé, l’autre sur le fauteuil Voltaire. Son fauteuil ! Tilu... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 7 janvier 2009

L'œuf (V)

Où aucun des scénarios induits hier, tant par le récit que par les commentaires des lectrices, ne se réalise. Où Ombrelune sort, un peu, de l’anonymat et où les conditions climatiques qui règnent en ce début janvier 2009 influent sur la conduite du récit que décidément l’auteur sent lui échapper.Madame P. dormit mal. Des cauchemars, qui n’appartiennent qu’à son inconscient, et qui n’en sortiront pas, même si quelques lectrices exigeantes suppliaient l’auteur, émaillèrent son sommeil de réveils fatigants et répétés, ou fatigants car... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 6 janvier 2009

L'œuf (IV)

Où les femmes, une fois encore, font preuve de perspicacité : Valérie se découvre un don de double-vue et Patricia mesure combien un œuf de cent grammes peut peser plus lourd qu’un âne mort, et où Ombrelune entre en scène.Patricia ne savait pas refuser une attention chocolatée. Elle posa l’œuf sur la table basse et se lova contre son époux. Elle aimait glisser ses mains sous la chemise de Pascal. Un art, certainement transmis de mère en fille, les maintenaient en hypothermie constante. Une au creux des reins et l’autre sur le ventre... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 5 janvier 2009

L'œuf (III)

Où les deux époux occupent diversement leur matinée et où Madame P. prend, enfin, en main, l’objet de l’attention des lectrices et, du suspense que l’auteur ne va pas manquer de laisser durer encore un peu. Dehors le givre couvrait les branches de dentelles scintillantes. Les mésanges, d’un vol rapide et saccadé, se succédaient autour de la boule de graisse qui se balançait hors de portée des chats. Une journée à tuer. Tandis que son épouse, Patricia, entreprenait de changer la literie qui avait servie aux invités, Pascal se décida... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 3 janvier 2009

L'œuf (II)

Où les lectrices qui s’attendaient à de furieux ébats libertins s’avèrent dépitées et contrariées et où l’œuf se retrouve entre les mains de monsieur P. et de l’usage qu’il en fait.Ils sortirent les derniers du petit théâtre municipal. Le directeur de l’école de musique avait les clés. La conversation entre son épouse et le volubile maître de la soirée s’était poursuivie sur le parking désert. La nuit était douce pour un début janvier.De retour à la maison, Monsieur P. n’avait pas osé retourner près de la cheminée. La fatigue les... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 10:57 - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 2 janvier 2009

L’œuf (I)

(Titre temporaire que l’évolution de l’histoire pourrait bien amener à subir quelque modification) Qui lui avait offert ce cadeau ? Monsieur P. ne s’en souvenait plus. Le 31 décembre, la maison était remplie d’invités. A minuit, chacun y était allé de son petit paquet. Monsieur P. avait remercié à la cantonade. “Embrasse ton voisin, ta voisine, si tu ne sais pas pourquoi, eux le savent !”Vers trois heures du matin, chacun avait repris sa voiture et était retourné vers son domicile. Deux couples seulement avaient dormi sur... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 10:32 - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 31 décembre 2008

Trop émotif

C'était le dimanche 23 mars 2008.Je l'avais intitulé "Trop émotif".Valérie a souhaité l'entendre.Pour ses étrennes, alors ! Ici !
Posté par Old_Papistache à 15:01 - Permalien [#]
Tags : , , , ,