samedi 6 octobre 2012

Jamais pris au dépourvu l'ancêtre

Mon suivant dans la file d’attente me tape à l’épaule : mon cellulaire sonne ! Cette idée de carillonner dans les aigus ! J’ai pourtant — double précaution — activé le mode vibreur mais, le smartphone glissé dans la poche de mon pantalon, j’avais cru que c’était la boulangère qui me faisait  de l’effet de bon matin. — Excusez-moi ! (Je m’excuse toujours si je dois répondre à un appel dans un lieu public.) Rires coincés dans la boutique : mon téléphone est constellé de post-it de couleur. Je lis la jalousie dans les regards... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 4 septembre 2012

Encore un billet que le vent emportera

Le bouillant Papistache a failli être échaudé à c’soir.Ou ébouillanté ? Va savoir. Écoute. Il (le Papistache) annonce à Épouse-Affairée (la sienne) qu’il a pondu un court billet matutinal. Elle, ne captant que deux syllabes (peut-être un peu plus, mais peu au demeurant, les autres se perdant entre deux portes) — ce que c’est du destin des mots hachés et marmonnés —, entend “pondu” et “court-bouillon”. Et voilà qu’elle imagine son assiette, au dîner — souper, amis Wallons —,  qu’elle imagine... qu’imagine-t-elle ? est-on dans... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 26 février 2012

Si Eugène Sue, l'étroit mousquetaire transpire (Oui, je sais, je devrais demander à MAP de rédiger les titres de mes inepties)

Faut-il croire que je me sois donné tant d’exercice, hier, au jardinet de mes parents très âgés, que, m’installant au volant de notre voiture, et avant d’avoir franchi cinquante mètres, la face interne du pare-brise se soit couverte  de condensation ? Est-ce donc cela le cheval fumant après les chevauchées endiablées des mousquetaires de jadis ? Quelle idée, au XXIe siècle, d’installer le canasson à l’intérieur de la voiture ? Mais aussi, verriez-vous Épouse-On-Y-Va atteler son transpirant époux à la ridelle d’un carrosse de... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 1 mars 2011

Staubsaugerbeutel

Épouse-Régénérée a aspiré la chambre. C’est bête, j’y dormais encore. Heureux que je ne sois pas koniphobe ; l’aurais-je été, mon épouse n’eût jamais eu à brancher son aspire-poussière : un édit prohibant tout droit de séjour à la moindre escarbille en mon logis se fût vu placardé au-dessus de ma couche. Car si koniphobe j’eusse été, imaginez mon désarroi, tout esquiché, cul par-dessus tête, avalé en compagnie des meubles, lit, couette, oreillers, carpettes et tutti quanti, brassé, trouillé, embobiné, entortillé, roulé, empêtré au... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 06:01 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 11 décembre 2010

Tête à chapeaux

Alors, je dis :— Certes, je suis bonne pâte, mais, suivre Épouse-Allez-Entre-On-Fait-Juste-Un-Tour dans sa tournée des boutiques à l'approche  de Noël, ce n'est pas de la tarte.— Oh, celui-là ! Essaie-voir. S'il te plaît, mon amour.  Regarde-toi dans la glace. Comment te trouves-tu ?— Moi, ça va, mais lui, là, l'autre, en face, je lui trouve l'air perdu!
Posté par Old_Papistache à 16:55 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 2 octobre 2010

Bi-billet, s’il vous plaît

Ce matin, au petit déjeuner, deux idées se télescopent sous les os de mon crâne.Deux idées  !En même temps !Mamoune, sors un vieillard maniaque, on va fêter le retour des années 70 !Deux idées !Un samedi !La patience de mes derniers lecteurs n’aura pas été vaine :  bi-billet s’il vous plait !Je vous les sers sans trier : vous penserez à moi en les épluchant.Lalionne — oui, je traverse toujours l’Atlantique pour goûter sa tambouille*— m’émeut avec son lien édifiant. On a beau connaître le gout de la procédure de nos cousins... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 08:01 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 28 septembre 2010

Pharmacopée de bonne fame

La route départementale s’élargit. Enfin, on l’y aide ; vous verriez l’armada de véhicules ! Mais ce n’est pas mon propos. Un superbe revêtement bitumé (bitumeux ? je ne sais pas) l’enrobe : noir, compressé, lisse. Mon propos ? Oui, j’y viens. Épouse-A-Mon-Bras et moi profitions, dimanche, d’une paire d’heures agréable pour dérouiller nos articulations en foulant l’asphalte virginal*. Devant nous !                          Là !     ... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 21:01 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 22 septembre 2010

De la photogénie et de son contraire, même si, vous le découvrirez en lisant l'article, l'auteur traite d'abord du contraire

Pour coller une photographie au recto d’une carte d’abonnement à la saison culturelle du chef-lieu d’arrondissement, deux choix s’offraient à moi — outre celui de m’abstenir d’exécuter l’injonction identificatrice — : coller une photographie datant du tout début du siècle voire de la fin du précédent, une époque où quelques cheveux se dressaient encore au sommet de mon crâne et où les poils noirs de ma barbe, bien que en sous-effectif, tentaient une résistance devant l’invasion des clones albinos ; accepter de me faire tirer le... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 09:01 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 19 septembre 2010

Peut-on rire de tout ?

Bien sûr,  elle plaisantait. Elle plaisantait ?Une conversation à la radio tandis qu’elle lavait deux bols et que j’essuyais la table... deux bols, trois miettes. Pas plus. D’ailleurs d’où venaient-elles, les  miettes ? On n’avait mangé ni biscottes, ni petits pains grillés, ni baguette aux céréales, ni viennoiserie. Un fruit, un bol de thé, un jus de citron. C’est frugal le petit déjeuner dominical. Frugal. Trois gouttes alors ? Trois gouttes : le citron qui aura bavé ou la nectarine saigné. J’essuyais trois gouttes sur la... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 09:01 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 2 août 2010

De l'hygiène buccale

Pouah, le vilain gout !Me voilà tout empoisonné, il fallait qu’un matin, mon vice, me joue une laide comédie.Tout empoisonné ? N’exagérons point, les lèvres et le bout de la langue, c’est déjà assez.Même face au clavier, mes vices d’écolier me tenaillent ; que je bricole en ma demeure et là encore, vous me verrez mâchouillant à belles dents : crayon, stylo, feutre, pinceau...Ah, pinceau ! C’est lui qui m’empoisonna.Un méchant pinceau au manche de bois tout maigrelet. D’ailleurs qui me l’offrit ? Jamais je n’achetai pareil instrument... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 13:01 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , ,