lundi 14 avril 2014

Où l'on oit de singulières choses sur les ondes de la radio de service public

Qu'ois-je ?Décidément la radio m'instruit. Je devrais user plus de gomme sur l'asphalte ! Oui, qu'ois-je ? Les fourmis pousseraient des cris ! De savants savants auraient, de longue date, truffé de micros nos fourmilières indigènes et rapporté de bruyants enregistrements. Et on ne m'avait rien dit plus tôt ? Comment ? Je n'entends pas sonner le téléphone pour peu que je m'éloigne de dix mètres pas plus ? C'est exact. Mon ouïe décline. Pas demain la veille que j'entende braire une hyménoptére alors. Pour autant que le verbe soit... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 19:03 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 13 avril 2014

Une forêt de pissenlits

J'ai toujours trouvé beaucoup d'intelligence chez le pissenlit (chez la marguerite et  la renoncule également). L'herbe est-elle haute, la plante s'élève au-dessus des concurrentes pour darder haut ses inflorescences ; tondue avec frénésie (voire broutée à l'occasion) la plante fleurit au ras du sol s'épargnant le risque de voir sa descendance  tranchée par la lame de la tondeuse rectificatrice. Comme je le signalais à Sandrine, dans un récent commentaire — mais sans doute ne l'ignorait-elle pas, moi si ! — l'intelligence... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 15:17 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 12 avril 2014

Je ne suis pas un rat, mais Monsanto le sait-il ?

Madame Yvonne, feue notre voisine, mange désormais les pissenlits par la racine. Pas assez vite, semble-t-il ; les nouveaux locataires aspergent la pelouse de désherbant. Pas sûr qu’un no man’s land roux soit plus séduisant qu’un vert carré d’herbe moucheté de jaune, et au vu de l’ardeur à empoisonner la petite parcelle, couplée à la nocivité du produit, je me demande si je ne vais pas céder à la tentation d’un retour à la vie sauvage auprès d’une petite rivière, loin de toute activité humaine : le prix du m² du côté de Pripyat doit... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 09:44 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 10 avril 2014

Ceci n'est pas une brève de comptoir

J’écaille un poisson. Dehors, luminosité et chaleur s’ingénient à faire croire à l’été ; je m’installe sur la terrasse. Dans les rayons rasants du soleil déclinant, les écailles qui volent décomposent la lumière.Il y avait le vieux qui lisait des livres ; il y aura désormais celui qui capturait les arcs-en-ciel avec des écailles de bar.
mercredi 9 avril 2014

«Il y a les intentions... et il y a les résultats...» Philippe Katerine, mardi 8 avril 2014

Hier, alors que je conduisais ma voiture — je tiens à souligner (en fait, j'italique) que j’étais au volant de mon vieux break Ford, bien que la précision n’ait aucune importance : j’aurais tout aussi bien pu avoir emprunté le véhicule d’un ami ou volé un cabriolet (piloté un avion, non quand même pas, je n’aurais point usé du verbe conduire) —,  sur une petite route sinueuse — elle aurait pu être droite, ça ne changeait rien à l’anecdote sinon que cela aurait signifié que  je m’étais trompé d’itinéraire : mais même cela... [Lire la suite]
lundi 7 avril 2014

Ceux qui ont lu "Corps et Ames" se souviennent peut-être de Simone...

Ma maman — oui, le Papistache a une maman — me tend un livre poussiéreux retrouvé je ne sais où alors qu’elle cherchait je ne sais quoi.— J’ai pensé qu’il t’appartenait. Ça ne peut pas avoir été à ton père. Pourquoi moi, plutôt que l’un au l’autre de mes quatre frère et sœurs  ? Copyright 1945, by Albin Michel48 fr.17e Mille, annonce la couverture. Je n’étais pas né en 1945. Protégé d’une jaquette d’un vert amande délavé : GARNIER FLAMMARION, pour vos classiques… la collection qui s’est imposée.Papier jauni — bruni sur les... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 19:09 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 6 avril 2014

Sommeil paradoxal

Si les rêves sont prémonitoires, alors celui qui m’a réveillé cette nuit à quatre heures cinq mérite que je l’oublie le plus rapidement possible. Par conséquent, le relater ici irait à rebours de ma volonté.S’ils ne le sont pas, quel intérêt à ce que je couche ici un mauvais rêve qui m’a tiré du lit avant l'aurore ?
Posté par Old_Papistache à 15:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 4 avril 2014

Gros cochon

Pour empêcher que les oiseaux ne se régalent des petits pois sortant de terre, j’ai tendu un filet au-dessus du carré potager.Ce matin, devinez ? Un poisson s’est retrouvé pris dans les mailles. Un poisson, vous dis-je !  L’aurais-je attrapé mardi, la farce m’eût paru évidente, mais trois jours plus tard ? Un escargot ? J’aurais également compris, il a plu cette nuit.Un merle, un moineau, une grive ? Logique.Un poisson ! De chair et d’arêtes. Pas bien gros mais à l’écaille luisante. Cette nuit, je remplace le filet par un... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 19:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 3 avril 2014

Compère qu'as-tu vu ?

Depuis quelques temps, un zigoto — je n’use pas souvent de ce mot — s’amuse — je doute fort qu’il agisse sous la contrainte — à gribouiller des insanités sur les murs du village. Orthographe, syntaxe et discours rudimentaires. Peinture en bombe, bleu métallisé, écriture ronde.Ce matin — je revenais de la boulangerie —, sous le pare-choc d’une voiture à la carrosserie d’un autre âge — mais pas repeinte pour autant —, jeté négligemment j’imagine, l’objet du délit, gisant au sol, me saute aux yeux.Je le ramasse et me le colle sous le... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 13:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 2 avril 2014

Des tics en stock

Un blogueur, ou était-ce une dame, ouvrant ses billets quotidiens, aimait souligner, d’un clin d’œil humoristique, un tic de langage par lui, ou par elle, repéré quelque part dans la bouche d’un journaliste ou animateur matutinal sur telle ou telle longueur d’onde. « Bonjour Ratousse », écrivait le blagueur, donnant corps à une liaison un peu trop appuyée  de son chroniqueur enjoué des premières heures de la journée. Innocente moquerie qui, immanquablement, depuis que je l’ai lue s’est installée en embuscade à... [Lire la suite]
Posté par Old_Papistache à 08:05 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,