Flashé ! En pleine nuit. Ça surprend.
Je n’avais pas vu le panneau de limitation.
Flashé ! J’étais bien, détendu, les mains souples… une nuit noire, épaisse... comme j’aime… et là, flash, bref, intense, et de nouveau la nuit noire…
Je ne savais même pas qu’il existait une limitation sur cette portion de la nuit.
Flashé, en plein sommeil, comme je le disais, ce matin, parodiant Alain Bashung et buvant mon thé vert à l’amende : « J’ai dû rêver trop vite. »