— Avez-vous la carte du magasin ?
Elle est gentille, la demoiselle. La carte du magasin ? Mais c’est en entrant qu’il aurait fallu me poser la question. Là, je suis parvenu au terme de mon parcours. J’ai erré pendant plus d’une heure pour trouver du vinaigre de riz. Du vinaigre de riz, aussi ! Je suis passé dix fois devant les dindes surgelées. Les dindes ou les saumons ? Je ne sais plus. Je ne portais qu’une chemisette*, j’ai pris froid.
— Non, mademoiselle, d’habitude  je ne me perds pas en route.
Elle m’a regardé d’un air vaguement inquiet et a réitéré sa question :
— Avez-vous la carte du magasin ?
— Non, mademoiselle, mais j’ai un GPS dans la voiture.
Là, elle a fait un signe au colosse en costume noir, celui qui mate les cabas des petites vieilles. Il regardait ailleurs. J’ai réglé et je suis sorti précipitamment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Le soleil décline et je voudrais retrouver mon véhicule avant la nuit. J’aurais dû demander la carte du parking.

* J’avais aussi enfilé un pantalon ! N’allez rien imaginer. On ne m’aurait pas laissé entrer.